Personnal branding

Voila un terme à la mode… et donc surement très pertinent…

Quand il s’agit d’expliquer de quoi il en retourne, dans le cadre des conseils ou des formations de l’Agence 404, tout va bien…
Quand il s’agit de s’appliquer le concept à soi-même, me voila clairement bien emmerdé.
Embêté, pardon.
Me voila bien embêté.

Vous voyez, ça part mal, je me foire dès le début. Je me retrouve torturé, le doigt entre l’écorce et l’arbre, à corriger mon langage de charretier érudit à la Kaamelott pour pouvoir passer pour le patron de boite web « costard-cool-style » que vous imaginez que je suis… tout en essayant de coller à ma réalité de militant de l’écrasante supériorité naturellement implacable du fond sur la forme, « jean-tee-shirt-style », qui écrit « emmerdé » parce qu’il dit « emmerdé ».

Alors je fais quoi ? Hum ?
Ils vont me conseiller quoi mes valeureux collègues de l’Agence 404 quant à mon « Personnal branding ».

Faut coller à l’image que les gens attendent de nous sans nous connaître encore ? Au risque d’être lisse à se faire chier, mais pour être au top de la captation de prospect : l’expérience utilisateur appliqué à ma tronche ?
Faut rester soi-même ? Au risque de perdre des prospects en faisant trembloter les parvenus cravatés dont la priorité est de faire comme tout le monde pour pouvoir, en cas de pépin, sortir le parapluie et dire à son boss « ouai chef, mais tout le monde a fait la même connerie que nous, c’est bien la preuve que j’y suis pour rien ».

Oui, j’ai orienté la réponse :-)
Évidemment qu’on va rester comme on est.
On est tellement mieux et tellement plus fort quand on est humain, intelligent, différent, ensemble… quitte à caser ici ou là des jeux de mots tout à fait foireux…
Comme caser « pépin » et « parapluie » dans la même phrase, caser « hippopotame » en rendez-vous, ou caser en conférence qu’une stratégie 360°, c’est un peu chaud quand même.

On assume !
… Mais bon, heureusement qu’on est assez costauds pour ne pas avoir besoin de personnal branding quand même…

Commentez