Webmarketing vs besoins de l’entreprise (allégorie du puzzle)

Une vidéo sur un sujet très « pro » me concernant.

En pleine réflexion continue sur le marché du Webmarketing en France, je m’étonne d’un manque de concordance entre les offres proposées par le milieu, souvent plus ou moins expert, du webmarketing, et les besoins réels et concrets des entreprises…

Selon moi, on peut distinguer 3 grandes familles d’entreprises face au digital.

Les plus grandes, qui ont besoin, en réalité, d’une vraie fonction de Responsable de Stratégies Digitales (ou « CDO »). Une fonction transverse au service de l’entreprise globale et des différents départements qui la composent… parce que le digital peut, et doit, apporter à chacune des fonctions.

Les PME, qui ont besoin concrètement d’établir les plans de ce qui peut leur être utile dans le digital, et ce qui ne l’est pas. Puis qui ont besoin d’experts en fonction de sa stratégie, pour mettre en place les choses, puis procéder à un transfert de compétence pour l’interne.

Les plus petites entreprises, qui ont besoin des fruits du digital : du CA, des clients, des prospects, sans avoir les moyens humains et financiers pour investir tous azimuts. Qui ont donc besoin de résultats et pas forcément d’offres expertes, et encore moins d’offres au moyen investis (arg).

Je suis en pleine interrogation sur ces sujets cruciaux pour ma propre entreprise. Je serai ravi d’avoir vos opinions sur ce sujet. Ca me parait être une nécessité vertueuse que de s’interroger sur ce genre de sujets de fond…

Pourquoi ne pas partager tout cela avec vous ? Entreprises, acteurs du digital… après tout, la réflexion ne peut être que profitable à tous.

Je m’interroge donc ici :

One thought on “Webmarketing vs besoins de l’entreprise (allégorie du puzzle)

  1. Je partage votre point de vue à de nombreux égards ! La plus grande des problématiques est souvent liée à l’histoire de l’entreprise et des peurs qu’elles engendrent : il faudrait dans un monde idéal souvent auditer l’existant pour mieux repenser et reconstruire le projet digital d’une entreprise. Ses dirigeants constateraient alors que les choix technologiques qu’ils ont fait, ou les recrutements qu’ils ont faits ne sont plus aussi adapté qu’à l’époque de l’achat ou de l’embauche. Ce constat impliquerait donc d’unifier les outils (en supprimer et en sélectionner de nouveaux) et former les équipes, tout ceci générant des frais supplémentaires que l’entreprise n’aura souvent jamais intégrés dans sa rapide réflexion. J’ai constaté des couches de puzzles, comme vous dites, dans presque toutes les sociétés que j’ai rencontrées : par exemple 3 outils différents d’e-mailing ou de marketing automation parce que le premier c’est le choix de la directrice de la communication, le second celui de la responsable marketing et le troisième parce que c’est le plus simple à utiliser. La transformation/transition digitale n’a jamais aussi bien porté son nom, il faut que les entreprises en prennent pleinement la mesure.
    Je ne vais pas me livrer à une diatribe dans ce contexte, mais à mon avis la toute première des actions à mener est :
    _ éduquer les entreprises et les sensibiliser aux impacts du digital : conférences, formations, retours d’expérience …
    _ participer et accompagner toutes les équipes sur le message du changement : COMMUNIQUER c’est une des clefs.
    _ comprendre et formaliser le but du projet/des projets digitaux : activité commerciale e-commerce, e-reputation, visibilité, génération de leads …
    _ concevoir une stratégie globale chiffrée mais suffisamment « agile » pour en corriger des aspects très rapidement et simplement, et segmenter les axes d’intervention sur l’ensemble de la chaine.
    _ responsabiliser en interne dans l’entreprise (recruter, nommer, former, communiquer).
    _ mettre en œuvre avec agilité.
    _ mesurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *